Anne : Bonjour Estelle, merci d’avoir accepté d’être interviewée sur le parcours  » Trouver sa mission de vie et passer à l’action  » que tu viens de terminer. Peux-tu te présenter comme tu te présentais « avant » ?

Estelle Robert : J’ai 37 ans, j’habite à Lyon, je travaille dans les Ressources Humaines pour une grande ONG internationale.

Anne : Peux-tu nous préciser quel était ton moral et ce que tu vivais professionnellement avant de commencer ce parcours ?

Estelle : A l’époque je vivais à New-York. Mon moral était au plus bas. J’avais vécu une période de harcèlement moral avec une ambiance horrible dans mon organisation qui s’était soldé par un mail de menace de licenciement. Là-dessus j’avais appris que ma mère avait de nouveau un cancer. J’avais donc pris la décision de démissionner et de rentrer en France. Je vivais cela comme un échec avec une grande peur de l’avenir et la grande question : qu’est-ce que je vais faire de ma vie ?

Anne : pourquoi était-ce le moment pour toi de changer professionnellement ? Qu’est-ce qui t’a décidée à te lancer à ce moment-là dans ce parcours de 3 mois ?

Estelle : J’étais clairement arrivée à la fin d’une période de ma vie, je n’étais pas heureuse dans mon poste, ni dans mon organisation ni dans le secteur tout entier. J’avais l’impression de stagner en termes de compétences. J’étais arrivée au bout, je ne pouvais pas continuer, il fallait que je fasse quelque chose.

Anne : En quoi ta façon de voir les choses a changé depuis ?

Estelle : Grâce à toi, j’ai pris conscience de mes talents et de mes atouts, j’ai découvert ma mission de vie. J’ai appris des techniques et des exercices qui me servent au quotidien : l’écriture intuitive, la méditation que je pratiquais mais pas régulièrement avant, la capacité à me relier à ce qui me fait vibrer, à connaitre ce qui me redonne de l’énergie.

Anne : Qu’est-ce qui, concrètement, a changé dans ta vie grâce à cet accompagnement ?

Estelle : Aujourd’hui j’ai fondé ma propre entreprise, j’ai un plan à 5 ans pour ne pas perdre de vue mes objectifs. Je sais que le chemin ne va pas toujours être facile mais je sais comment activer mes ressources pour faire face aux difficultés.

Anne : Quelle a été ta plus grande surprise durant le parcours ?

Estelle : Découvrir ma mission de vie et me dire que c’était tellement évident (alors qu’au début du parcours ça ne l’était pas du tout, du tout…)

Anne : De quoi es-tu la plus fière aujourd’hui ?

Estelle : De m’être donné les moyens et d’avoir fait les efforts nécessaires pour accepter qui je suis pleinement.

Anne : Peux-tu te présenter comme tu te présentes maintenant ?

Estelle : Je suis Estelle Robert, fondatrice de HUMANITALENTS, j’accompagne les organisations vers un management agile basé sur la confiance et la bienveillance pour libérer les talents et amener les collaborateurs et les organisations à leur plein potentiel. 

Anne : Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite encore à faire ce parcours par rapport à l’investissement temps/argent qu’il demande ?

Estelle : Moi aussi j’ai pesé le pour et le contre par rapport à l’investissement financier. S’il s’agissait de payer une opération chirurgicale visant à nous sauver la vie nous n’hésiterions pas, pourquoi hésiter pour un programme qui va changer votre vie et vous permettre d’être plus heureux ? Quant au temps, effectivement il y a beaucoup de travail, les exercices prennent beaucoup d’énergie au début mais après quelques séances, chaque exercice permet au contraire de se booster. Par contre ce n’est pas un programme magique : on a rien sans rien, il faut vraiment s’investir dedans pour en faire éclore tous les bénéfices.

Anne : Si tu étais journaliste, quel titre mettrais-tu à cet interview ?

Estelle : De l’ombre à la lumière 🙂

Anne : Désires-tu rajouter quelque chose ?

 Estelle : oui, ta qualité d’accompagnement : tu es très à l’écoute, compréhensive, tu t’es adaptée à mes besoins particuliers. Pourvue d’une forte empathie, tu m’as encouragée sans cesse.

Un grand merci Estelle, et longue vie à HUMANITALENTS !